jeudi 8 mars à saint étienne : OGM en question depuis 1999

Publié le par AMAP de Roanne

JEUDI 8 MARS À 19H AU FRANCE À L’INVITATION DE ZÉROGM,
EN PRÉLUDE À LA CONFÉRENCE DE JACQUES TESTART, PUIS VENDREDI 9 À 14H...

“Main basse sur les gènes, ou les aliments mutants”
Le film qui posait de bonnes questions sur les OGM, dès 1999...


“Main basse sur les gènes, ou les aliments mutants” est un film documentaire canadien de Karl Parent et Louise Vandelac. Tourné en 1999, il dure 52 minutes.
Ce film sera projeté à 19h jeudi 8 mars, en prélude à la conférence de Jacques Testart à 20h.
L’entrée de la soirée (4€) permet d’entrer au film et à la conférence (1)
Les personnes qui ne pourront pas voir le film à 19h pourront le voir si elles le souhaitent le lendemain vendredi 9 mars à 14h avec ce même billet d’entrée.
Accéder à des extraits du film : <http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=2571>



Ce film est un document. Réalisé il y a 13 ans déjà, il cherchait à comprendre les raisons et les enjeux des OGM, au moment où ceux-ci commençaient juste à envahir les USA, le Canada et l’Argentine, pays dans lesquels les cultures d’OGM ont commencé de façon massive vers 1996. En 1998, les OGM y couvraient 28 millions d’hectares. En 2011, il y a officiellement autour de 160 millions d’hectares de cultures OGM, mais c’est beaucoup beaucoup moins que ce que les multinationales de la chimie et des semences avaient planifié.

Il est intéressant de voir les questions que ce film posait déjà en 1999, et comment elles ont été confirmées ou pas depuis...

Ce film interroge des scientifiques, des économistes, des paysans...
A l’épreuve du temps certaines de leurs questions et remarques sont prophétiques...

“Tout devient marchandise” dit Riccardo Petrella, économiste, de l’Université Catholique de Louvain. Il appelle les intellectuels et les scientifiques à se bouger.

“Perfectionner la nature comme si elle était une machine ?” demande Jeremy Rifkin. On n’a “aucune assurance à long terme contre les catastrophes”, dit-il. Il est irresponsable de diffuser les OGM.

“La vie ne marche pas comme un mécano” dit Jean-Marie Pelt. Or il y a cette mentalité dans le Génie génétique. Et “les applications vont plus vite que la science fondamentale”.

Arnaud Apoteker explique comment certains mettent “du poisson dans les fraises”, titre de son livre. Arnaud Apoteker pointe aussi les risques écologiques de pollution génétique.

La première plante transgénique a été créée dans un labo en 1984. Les premières cultures transgéniques en plein champ sont de 1995-1996. Et en quelques années elles ont été diffusées sur des millions d’hectares, alors que la vie avait mis un milliard d’années pour en arriver là.
“Une poignée de multinationales font une expérience sanitaire et épidémiologique sur l’espèce humaine à grande échelle...”
Le Dr Howard (GB) relève la montée des allergies au soja. Et remarque qu’on étudie pas les effets toxicologiques des OGM...

Témoignage du Dr Arpad Pusztaï, de Grande-Bretagne. C’est ce qu’il a essayé de faire, lui. Chercheur unanimement reconnu, il a bénéficié de fonds publics très importants pour évaluer les aliments transgéniques. Il a découvert qu’après 10 jours seulement de nourrissement avec des pommes de terre OGM, des rats présentaient des différences significatives de certains de leurs organes vitaux, indiquant un affaiblissement du système immunitaire et un retard dans le développement du cerveau. Il a immédiatement tout perdu : ses financements, son labo, sa situation...

Une ancienne chercheuse de Monsanto dit pourquoi elle a décidé de changer de boulot.
Quelqu’un explique le mécanisme OGM “Terminator”, qui organise le suicide des plantes de 2ème génération, c’est parfait pour empêcher les paysans d’utiliser leurs semences...

Jean-Marie Pelt met le doigt sur le lien congénital entre OGM et pesticides. Il rappelle qu’en 1947, 7 insectes seulement étaient résistants aux pesticides. En 1999, il y en a plus de 600, avec pourtant 12 fois plus d’insecticides utilisés qu’en 1947.


“La science est livrée au commerce, au veau d’or, c’est-à-dire à l’argent pour être tout à fait clair” , dit Jean-Marie Pelt.  “Et les veaux d’or, eh bien ça devient des vaches folles !”

Jean-Pierre Berlan lance un appel : “On est face à un véritable hold up sur le vivant (...) il faut que maintenant des gouvernements prennent la tête d’une campagne pour créer un nouveau droit de l’homme : le fait de proclamer le vivant comme bien commun de l’humanité, qui est inappropriable par nature”.

13 ans après, le combat contre les OGM continue. Et maintenant des millions de personnes y participent d’une manière ou d’une autre...

--
(1) Dans l’après-midi, vers 14h30, Jacques Testart rencontrera des lycéens, au lycée Jean Monnet à S-Etienne.
Au cinéma Le France, accueil à partir de 18h30.
Restauration : boissons et tapas préparés par Les Pères Peinards
Vente-signature du livre “Labo-Planète”

Commenter cet article