jeudi 8 mars : OGM et info

Publié le par AMAP de Roanne

Jacques-Testart.jpg

 

 

Jacques Testart à St-Etienne Jeudi 8 mars,
à l’invitation du collectif Zérogm42,
pour une conférence-débat “Science, éthique et démocratie”
à 20h, au cinéma Le France.
à 19h projection du film “Main basse sur les gènes, ou les aliments mutants”, de Karl Parent et Louise Vandelac


Jacques Testart est d’abord un scientifique. Biologiste de la procréation humaine, il a avec son équipe réalisé la fécondation in vitro qui a donné naissance à Amandine, premier “bébé éprouvette” français, en 1982. La “FIV” a ensuite permis de donner naissance à plus de 200.000 bébés, nés de parents stériles qui désiraient des enfants.
Jacques Testart a toujours continué à développer cette recherche, mais s’est posé de plus en plus des problèmes sur l’éthique de la recherche. Car très vite, dès 1986, il voit venir la mise au point du “diagnostic préimplantatoire” (DPI), et avec lui la possibilité d’un « tri des embryons selon des critères sans limites ».
En 1986, Jacques Testart lance donc une “alerte éthique”, il met en garde contre la relance d’un nouvel eugénisme, que les progrès techniques rendent possible.

Le scientifique se fait alors en même temps “critique de science”.
En 1988, il est l’un des 17 chercheurs de toutes disciplines qui signent le Manifeste “Maîtriser la science”.
En 1999, Jacques Testart participe à la création de l’association Inf’OGM- Veille citoyenne sur les OGM, qui décrypte l’actualité mondiale sur les organismes génétiquement modifiés et les biotechnologies.
En 2002 est créée la Fondation Sciences Citoyennes, dont Jacques Testart est président. L’objectif de cette association est de “favoriser et de prolonger le mouvement actuel de réappropriation citoyenne et démocratique de la science, afin de la mettre au service du bien commun”
En 2003, il est signataire de l’appel “Sauvons la recherche” , notamment pour exiger des moyens pour la recherche publique, mais il lance au même moment avec d’autres chercheurs un appel “Ouvrons la recherche” , "pour la prise en compte des aspirations de la société dans la définition des programmes de recherche, notamment en biotechnologies.”

Jacques Testart a publié de nombreux livres. Dans le dernier, “Labo-planète. Ou comment 2030 se prépare sans les citoyens”, co-écrit en 2011 avec Catherine Bourgain et Agnès Sinaï, les auteurs écrivent :
“Les citoyens doivent être libérés de l’état hypnotique où les tient le mythe de la science” (...) Il faut permettre au public de penser qu’il n’existe pas d’intérêts propres de la science qui justifieraient qu’on leur aliène les valeurs de la civilisation. Il faut cultiver chez les citoyens l’audace de se prétendre juges de ce que font les laboratoires. Le danger n’est plus celui d’une “science sans conscience” , mais d’une technoscience sans contrôle, et ses conséquences, outre la “ruine de l’âme”, concernent tout simplement l’anéantissement”.
C’est d’autant plus important que “ce que sera le monde demain dépend de ce qui se passe aujourd’hui dans les laboratoires (...) C’est pourquoi les orientations scientifiques comme les développements technologiques ne peuvent plus être laissés entre les mains de quelques spécialistes, ni pilotés par les seuls désirs de profit ou de puissance. L’heure est à une mobilisation des consciences et un dialogue renouvelé entre scientifiques et citoyens”.

Jacques Testart appelle à « une science citoyenne », à « refonder notre système de recherche autour d’un nouveau contrat entre science et société, de nouvelles missions et orientations de la recherche et d’une alliance forte entre les acteurs de la recherche publique et la société civile, porteuse d’intérêts non marchands. »
Pour lui, le principe de précaution – précaution qui vient APRES – ne suffit pas. Il faut poser la question de la responsabilité éthique des chercheurs, AVANT.
Il fait des propositions en ce sens (deuxième cercle d’expertise, protection par la loi des lanceurs d’alerte, aide au tiers secteur scientifique, conférences de citoyens...)

 

labo-planete.jpg
La conférence-débat de Jacques Testart aura lieu à 20h, au Cinéma Le France - 8 rue de la Valse à St-Etienne.
Elle sera précédée à 19h par la projection du film “Main basse sur les gènes, ou les aliments mutants”, de Karl Parent et Louise Vandelac (Canada – 1999) -
(voir <http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=2571>)
Ce film sera projeté également le vendredi 9 mars à 14h

Accueil à partir de 18h30 -
Vente-signature du livre “Labo-Planète” (10€)
Petite restauration :  boissons et tapas préparées par Les Pères Peinards

Entrée pour film+conférence : 4 euros.

Plus d’informations sur cette rencontre,
Et des liens vers des textes et vidéos de Jacques Testart :
<http://www.reseauxcitoyens-st-etienne.org/article.php3?id_article=2574>

Publié dans L'écologie

Commenter cet article