une petite victoire : OGM

Publié le par AMAP de Roanne

onjour,

Dimanche 18 mars a été publié au Journal Officiel l’arrêté signé par le ministre de l’agriculture Le Maire le 16 mars "suspendant la mise en culture des variétés de semences de maïs génétiquement modifié (Zea mays L. lignée MON 810)" . Un arrêté qui stipule dans son article 1 : “La mise en culture des variétés de semences de maïs issues de la lignée de maïs génétiquement modifié MON 810 (...) est interdite sur le territoire national”.

Cela signifie qu’il ne doit pas y avoir de cultures de maïs OGM pesticide cette année en France. C’est une victoire !
Mais :
- Un problème = l’interdiction porte sur “la mise en culture” et non sur “la culture” tout court. Des jusqu’auboutistes pro-OGM qui auraient déjà semé cette saloperie avant la publication de l’arrêté pourraient tenter l’argument selon lequel l’interdiction ne serait pas rétroactive. Mais ils étaient largement prévenus, et ne doivent donc pas se faire d’illusions sur la suite...
- Une autre faiblesse beaucoup plus grave de cet arrêté est l’insuffisance des motifs qu’il invoque. Même s’il fait référence aux récents résultats de l’équipe de recherche suisse de Mme Angelika Hilbeck qui vient de montrer que le Mon 810 tuait les larves de coccinelles. Mais l’arrêté ne dit pas un mot ni des abeilles ni des apiculteurs ! Alors même que de tous côtés il était demandé de “bétonner” l’interdiction du Mon810 avec ce motif.
D’ailleurs, les résultats de la “consultation” que le ministre avait ouverte avant de prendre l’arrêté, sont sans équivoque. Sur 857 réponses argumentées adressées au gouvernement, 841 sont favorables à l’interdiction du Mon 810, et 9 opposées à son interdiction. Et 371 des 841 font référence à la question des abeilles et des apiculteurs.

Si le gouvernement n’en a pas tenu compte et a fait le minimum du minimum, c’est bien entendu tout à fait volontaire. C’est que, au-delà du Monsanto 810 qui est maintenant massivement rejeté en France et en Europe, les pro-OGM préparent de nombreux OGM pesticides de maïs, de blé... Des OGM qui seront présentés comme bien “français” et “européens”. Et puis, également, les OGM pesticides obtenus par mutagénèse continuent de se répandre... Un arrêté d’interdiction trop solide serait gênant pour la suite de tous ces projets.

Le refus des OGM va devoir prendre une nouvelle ampleur. Nous devons bien en prendre conscience.
--
Roger Dubien

Publié dans L'écologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article