Se nourrir localement

Publié le par amapderoanne


UN APPEL INITIÉ PAR MINGA ET NATURE ET PROGRÈS
"Alimentons 2012 - Commençons localement dès maintenant"

Voici un appel initié par MINGA et Nature et Progrès, et déjà co-signé par d’autres associations, syndicats et réseaux, et des personnes.
On - c’est-à-dire les associations, syndicats, collectifs, réseaux..., tout comme les personnes, les citoyens - peut signer cet appel sur le site :

<http://www.alimentons2012.fr>

Emmanuel Antoine, président de Minga, à participé ce samedi 8 octobre à l’Assemblée de "De la Ferme au Quartier", chez Thierry et Marianne Reynaud, paysans à Chambles. Il a informé du lancement de cet appel...

Cet appel invite à mettre la question de l’alimentation et de l’agriculture au centre de l’attention et de la gestion de la société, alors qu’avec les élections présidentielles et législatives qui approchent il doit y avoir débat sur les décisions politiques à prendre dans la situation actuelle du pays et du monde.
Cet appel est donc pour une part une “interpellation” des “politiques”, de ceux qui prétendent accéder aux responsabilités de la gestion dans les institutions. Il est plus profondément une affirmation des exigences des citoyens, de la société civile, pour que changent profondément les politiques publiques dans ce domaine de l’alimentation et de l’agriculture qui a des conséquences structurantes dans bien d’autres domaines de la vie sociale et de l’évolution des territoires.

Comme toujours, le risque, avec une telle initiative d’affirmation d’exigences et d’interpellation, est que les "réponses" en restent aux mots et aux déclarations d’intention. C’est pourquoi l’appel débouche sur une demande de bilan précis des actions concrètes - donc locales - menées dans les territoires “en matière de foncier agricole, d’installation paysanne, et de développement des filières locales d’alimentation saine”.
Et pas besoin d’attendre l’après-élections pour ce faire ! Il y a urgence à “faire parler les actes dès maintenant”. Et “c’est la meilleure façon de crédibiliser les discours et annonces à venir”.
--
Roger Dubien.



L’appel
"Alimentons 2012 - Commençons localement dès maintenant"

Tous les 7 ans, à cause de l’artificialisation des sols, la France perd l’équivalent de la superficie d’un département en terres cultivables ; chaque semaine 200 fermes en moyenne disparaissent au profit de l’agrandissement d’autres d’exploitations ou de l’urbanisation. La France compte environ 8 millions d’obèses et 3,2 millions de personnes qui ont recours à l’aide alimentaire, de façon intermittente ou permanente. La plupart de nos aliments ont parcouru des milliers de kilomètres avant d’atterrir dans notre assiette.

Faire de l’alimentation une priorité est un projet de « haute nécessité » démocratique. Notre alimentation, comme les terres agricoles, ne sauraient demeurer un enjeu de spéculation commerciale et boursière.

En nous dépossédant de notre rapport à l’alimentation, l’agro-industrie nous prive toujours plus du savoir produire, conserver et cuisiner les aliments. Elle mutile notre rapport aux sols, aux territoires et aux saisons. Elle nous prive des liens sociaux associés à la production, à l’échange et à la consommation de nourriture. Reconquérir notre rapport à l’alimentation, c’est sortir de l’agriculture pétrochimique, c’est retrouver la liberté de développer des activités riches en emplois utiles, capables de rendre l’économie plus équitable.

Se réapproprier son alimentation, c’est retrouver le goût des choses, du vivant, des idées et des relations sociales qui façonnent notre vie quotidienne en lui donnant sens et saveur, c’est retrouver le goût de penser par soi-même et le plaisir des repas partagés.

Se nourrir est un enjeu vital pour un habitant sur six de la planète qui souffre de la faim. Reconquérir notre rapport à l’alimentation c’est refuser que le plus grand nombre d’entre nous ne se voit contraint à une alimentation de qualité médiocre, carencée, voire nocive à sa santé.

Il appartient aux populations, aux institutions et aux organisations sur leurs territoires, au nord comme au sud, de s’approprier la souveraineté alimentaire.

Reconquérir notre rapport à l’alimentation c’est :

- peser sur les plans et les pratiques d’aménagement local afin de préserver et développer les terres à vocation agricole et vivrière, la biodiversité et l’environnement.

- remettre en cause les schémas d’urbanisation, qui dissocient l’espace en zones spécialisées (habitation, travail, loisir, agriculture, commerce...), qui muséifient les centres villes et qui enlaidissent et dénaturent les périphéries des villes.

- permettre aux paysans, artisans et commerçants d’ici et d’ailleurs de vivre dignement de leur travail.

- offrir à chacun la possibilité de produire et consommer une alimentation saine et équilibrée en reconstruisant du lien entre ville et campagne.

- aménager des jardins collectifs dans les centres urbains, réinstaller à proximité des ceintures vertes suffisantes pour une production locale de produits frais, variés et de saison.

- prévoir d’installer des commerces indépendants et des écoles à proximité des lieux d’habitation pour s’y rendre sans avoir besoin d’utiliser une voiture.

- donner aux paysans la possibilité d’écouler l’essentiel de leur production localement et aux consommateurs de trouver facilement leur nourriture produite à proximité.

- garantir par le droit, aux agriculteurs, aux jardiniers et aux artisans semenciers de produire, d’échanger et de commercialiser des semences paysannes.

- participer à des initiatives de production, de transformation et de commercialisation, qui valorisent les métiers et les savoirs faire locaux.

- améliorer la qualité de la restauration collective dans les lieux publics (écoles, hôpitaux, maisons de repos..) en mettant en place son approvisionnement local.

- réformer le code des marchés publics en prévoyant des clauses territoriales.

- faire avancer l’idée de lier au droit au logement un droit d’accès à un lopin de terre vivrier, individuel ou collectif.

- lancer le débat sur l’aménagement du temps de travail pour manger mieux.

Ces engagements sont plus que jamais d’actualité. Leur mise en œuvre, indépendamment d’un calendrier national et international, repose sur une réelle volonté politique d’agir localement dès maintenant.

En 2009, lors des élections européennes, nous avions lancé « alimentons l’Europe », une campagne d’interpellation des candidats aux élections européennes pour repeupler l’Europe de paysans. Aux élections régionales, nous avons poursuivi notre action par une nouvelle interpellation sur la manière dont les élus, dans les territoires, déclinent précisément leurs engagements en matière de politique foncière et de création d’emplois pour les jeunes dans les filières locales d’alimentation saine.

Parce que nous prenons l’engagement politique au sérieux, nous attendons donc, de toutes les formations engagées dans la préparation des échéances électorales de 2012, qu’elles rendent public le bilan des actions concrètes et des initiatives conduites par leurs élus dans les territoires en matière de foncier agricole, d’installation paysanne et de développement des filières locales d’alimentation saine.

Faire parler les actes dès maintenant, c’est la meilleure façon de crédibiliser les discours et les annonces à venir.

Nous nous engageons à publier les réponses qui nous seront parvenues sur le site www.alimentons2012.fr

Le 10 octobre 2011

Voir les signataires : <http://www.alimentons2012.fr/index.php/signataires>


MINGA - <http://www.minga.net>
Nature et Progrès - <http://www.natureetprogres.org>


appel.jpg

Commenter cet article